Quel conseil à l’intention de jeunes et d’étudiants en sciences qui sont à l’affût des erreurs des prêcheurs de la sounna ?

Question :
Nous aimerions que vous dirigiez un conseil à l’intention de beaucoup de jeunes et d’étudiants en sciences religieuses qui sont à l’affût et à la recherche des erreurs des prêcheurs et prennent leurs paroles de la plus mauvaise compréhension possible ; ce qui a pour conséquence de réjouir les gens de l’innovation qui constatent les problèmes internes entre les gens de la Sounnah.

Réponse :
Expliquer les fautes comportant des défauts relatifs à la science religieuse se fait de manière sage, en employant la gentillesse à l’égard de celui qui s’est trompé et sans le condamner.
Il faut corriger les erreurs.
Le Prophète
-que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur lui- a dit que la religion c’est d’être sincère.
Les compagnons ont demandé envers qui, et il leur a répondu : envers Allah, son livre, son prophète.
Si quelqu’un interprète un verset de manière erronée, nous est-il permis de nous taire ?
Si quelqu’un attribue au prophète
-que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur lui- une parole qu’il n’a pas prononcée, ou en déclare une autre authentique alors qu’en réalité elle est fausse ou mensongère, avons-nous le droit de nous taire en ce qui concerne la Sounnah du prophète, que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur lui ?
Ou si quelqu’un commet une erreur dans le domaine de la croyance, nous est-il autorisé de ne rien dire ?
Nous expliquons l’erreur sans nous en prendre à celui qui l’a commise, sans le critiquer ni le dénigrer.
Nous expliquons l’erreur car ceci est obligatoire et fait partie de la sincérité envers la personne.
Cela ne nuira ni aux savants, ni à celui qui a commis l’erreur.
S’il revient à la vérité, alors ceci est tout à son honneur, et s’il ne revient pas, toi tu auras de toute manière expliqué son erreur, sans pour autant le condamner ni le dénigrer.
Les savants se sont toujours corrigés mutuellement leurs erreurs, et cela ne leur a jamais porté préjudice, et ils ne se sont pas détestés pour autant, car il n’y avait personne pour semer la zizanie entre eux ni pour propager.
Cela n’est apparu qu’à notre époque : des individus qui polémiquent, qui sèment la discorde entre les gens, qui propagent, qui photocopient certaines choses et les distribuent, comme ce que nous entendons de nos jours.
Ceci est une affaire entre savants.
Mais que tu viennes photocopier les répliques que les savants s’adressent mutuellement et que tu les propages au sein des gens de la masse, alors c’est une erreur.
Celui qui agit ainsi fait partie de ceux qui aiment que la turpitude se propage parmi les croyants (sourate 24, verset 19).

Fawzan


Source traduite de l’audio box.net 79tnsdygcd

Publicités
Cet article a été publié dans Exhortation, La Science des Textes Prophetiques, La Science du Coran, Le Bon Comportement, Salih ibn Fawzan ibn AbdAllah Al Fawzan, Tradition Prophetique, Voie des Pieux Predecesseurs. Ajoutez ce permalien à vos favoris.